Acidurie L-2-hydroxyglutarique

L-2-hydroxyglutaric aciduria (L-2-HGA)

Encéphalopathie métabolique provoquée par une déficience en une enzyme, la L-2-hydroxyglutarate déshydrogénase, conduisant à l’accumulation d’acide L-2-hydroxyglutarique dans le liquide cérébro-spinal, le plasma et les urines. 

#SYSTÈME NERVEUX

Races prédisposées

Découvrez chaque race en détails sur le portail SCC

Suspicion

Signes cliniques apparaissant chez un jeune chien de race prédisposée, le plus souvent entre 6 mois et 1 an. Cependant, la maladie a également été décrite chez des chiens dont l’âge peut aller jusqu’à 7 ans.

Fréquence

Environ 10 % des Staffordshire Bull Terrier sont porteurs de la mutation.

Signes cliniques

• Ataxie avec hypermétrie.
• Parésie.
• Raideur et crampes musculaires.
• Cyphose.
• Tremblements de la tête ou de l’ensemble du corps.
• Troubles du comportement : regard dans le vide, perte des comportements acquis, démence, agressivité.
• Crises convulsives généralisées.

Méthodes de diagnostics

1. Épidémiologie et clinique.
2. Imagerie en coupe par résonance magnétique de l’encéphale : lésions diffuses, bilatérales et symétriques de la substance grise, hyperintenses en séquence T2, révélatrices d’une polioencéphalopathie.
3. Dosage de l’acide L-2-hydroxyglutarique et de la lysine dans les urines, le liquide cérébro-spinal ou le plasma.
4. Test génétique (si disponible pour la race considérée).

Diagnostic différentiel

• Maladie de surcharge lysosomale.
• Cérébellite.
• Troubles métaboliques : hypoglycémie, hypocalcémie.
• Hypoplasie cérébelleuse.
• Kyste arachnoïdien.
• Dystrophie neuro-axonale.
• Troubles de la myélinisation.
• Abiotrophie cérébelleuse.
• Hydrocéphalie.
• Intoxication.
• Néoplasie.

Pronostics

• Réservé en raison du caractère lentement progressif de la maladie.
• La moyenne de survie des chiens non traités a été décrite autour de 44 mois.

Traitements

La mise en place d’un régime alimentaire adapté ainsi que l’administration de molécules anti-convulsivantes peut permettre de stabiliser la maladie et d’allonger l’espérance de vie des chiens atteints.

Transmission

Transmission héréditaire démontrée.

Mode de transmission

Transmission héréditaire autosomique récessive démontrée chez le Staffordshire Bull Terrier et le Yorkshire Terrier.

Mode de transmission non connu chez le West Highland White Terrier.

Le gène muté et sa mutation

• Locus : gène L2HGDH (L-2 Hydroxyglutarate Dehydrogenase) porté par le chromosome 8.
• Mutation :
o Chez le Staffordshire Bull Terrier : c.1297T>C et c.1299C>T, au niveau de l’exon 10 du gène.
o Chez le Yorkshire Terrier : c.1A>G. Le codon d’initiation est modifié et la protéine est par conséquent tronquée.

Possibilité d'un test ADN

Oui.

Conseil aux éleveurs

Écarter les animaux atteints de la reproduction, dépister par test ADN les reproducteurs et proscrire les accouplements entre hétérozygotes (porteurs sains).

Pour les races sans test ADN : écarter de la reproduction les animaux atteints et leurs apparentés directs.