Ataxie néonatale du Coton de Tuléar

Bandera’s neonatal ataxia, cerebellar neonatal ataxia

aussi appelée Ataxie néonatale de Bandera, ataxie néonatale cérébelleuse

Atteinte du cervelet se manifestant par une ataxie et des tremblements en période néonatale. La pathogénie de la maladie n’est pas connue. Cette affection est uniquement décrite chez le Coton de Tuléar. 

#SYSTÈME NERVEUX

Races prédisposées

Découvrez chaque race en détails sur le portail SCC

  • A-E
  • F-J
  • K-O
  • P-T
  • U-Z

Suspicion

Signes cliniques chez de jeunes chiots Coton de Tuléar, décelables dès que les chiots sont en âge de se déplacer.

Fréquence

Indéterminée.

Signes cliniques

• Ataxie avec dysmétrie.
• Tremblements intentionnels de la tête (lorsque l’attention de l’animal est fixée sur un élément, notamment lors de la prise alimentaire ou de boisson).
• Vacillement de la tête.
• Décubitus sternal, témoin d’une incapacité à se tenir debout ou à marcher.
• Déplacement au sol par propulsion.
• Diminution marquée voire absence du placer proprioceptif.
• Absence de réponse au test de clignement à la menace.
• Nystagmus en position de décubitus dorsal.

Méthodes de diagnostics

1. Épidémiologie et clinique.
2. Test génétique (si disponible pour la race considérée).

Diagnostic différentiel

• Affections cérébelleuses autres : hypoplasie, abiotrophie cérébelleuse, cérébellite, néoplasie…
• Néosporose.
• Troubles métaboliques : hypoglycémie, hypocalcémie.
• Maladie de surcharge lysosomale.
• Troubles de la myélinisation.
• Intoxication.

Pronostics

Mauvais. Les chiots atteints sont généralement euthanasiés.

Traitements

Absence de traitement spécifique.

Transmission

Transmission héréditaire démontrée.

Mode de transmission

Mode autosomique récessif.

Le gène muté et sa mutation

• Locus : gène GRM1 (Glutamate Metabotropic Receptor 1) porté par le chromosome 1.
• Mutation : c.2331_2332ins62bp, au niveau de l’exon 8 du gène.

Possibilité d'un test ADN

Oui.

Conseil aux éleveurs

• Écarter les animaux atteints de la reproduction, dépister par test ADN les reproducteurs et proscrire les accouplements entre hétérozygotes (porteurs sains).
• Pour les races sans test ADN : écarter de la reproduction les animaux atteints et leurs apparentés directs.