Déficit en pyruvate kinase

Pyruvate kinase deficiency

Maladie caractérisée par le dysfonctionnement de l’enzyme pyruvate kinase jouant un rôle important dans le métabolisme des globules rouges. Il existe deux gènes de la pyruvate kinase qui cade par épissage alternatif quatre isoformes : R-PK exprimé presque exclusivement dans les globules rouges, L-PK dans le foie et M1-PK et M2-PK dans le muscle. Ce déficit touche l’isoforme R-PK, il se traduit alors par une carence en ATP, une lyse érythrocytaire et une destruction prématurée des érythrocytes par la rate (durée de vie de quelques jours au lieu d’un mois environ). L’anémie hémolytique est plus ou moins sévère selon les individus. 

#SYSTÈME HÉMATOPOÏÉTIQUE

Races prédisposées

Découvrez chaque race en détails sur le portail SCC

Suspicion

• Épisodes de faiblesse ou d’intolérance à l’exercice chez un jeune chien de race prédisposée.
• Signes d’anémie hémolytique chez un jeune chien.

Fréquence

Rare.

Signes cliniques

• Faiblesse.
• Intolérance à l’effort.
• Muqueuses pâles.
• Ictère rarement observé.
• Hépatomégalie.
• Splénomégalie.
• Fibrose médullaire.
• Ostéosclérose.
• Tachycardie.
• Souffle cardiaque (anémique).
• Crises d’anémie souvent induites à l’effort.
• Coloration foncées des urines possibles.

Méthodes de diagnostics

• Anamnèse et signes cliniques.
• Numération de formule : anémie régénérative macrocytaire et hypochrome.
• Mesure de l’activité de l’enzyme pyruvate kinase (peu précis, activité augmentée par l’isoforme M2-PK).
• Électrophorèse sur gel d’agarose (distinction des différents isoformes).
• Test génétique pour le West Highland White Terrier, le Cairn terrier et le Basenji.

Diagnostic différentiel

• Autres anémies hémolytiques (à médiation immune, infectieuse, stress oxydatif, microangiopathie…)

Pronostics

• Réservé. Les chiens atteints meurent soit d’anémie soit d’insuffisance hépatique entre 1 à 9 ans. Le Basenji semble être atteint d’une forme plus sévère que les autres races.
• Tous les chiens atteints développent une myélofibrose progressive et une ostéosclérose. Cette évolution reste inexpliquée et ne se produit pas chez les autres espèces touchées par le déficit.

Traitements

• En raison de l’accumulation du 2.3 DPG (métabolite de la glycogénolyse en amont) facilitant la libération du dioxygène de l’hémoglobine, les chiens s’adaptent assez bien malgré une anémie sévère. Ils ont rarement besoin de transfusions sauf pour les cas les plus avancés.
• Une supplémentation à base de chélateur de fer (surcharge en fer) permettrait d’augmenter l’espérance de vie, mais les études restent limitées à ce sujet.

Transmission

Transmission héréditaire démontrée

Mode de transmission

Il s’agit d’une affection héréditaire qui se transmet selon un mode autosomique récessif.

Le gène muté et sa mutation

Plusieurs mutations sont décrites dans le gène PKLR (Pyruvate Kinase, Liver And RBC), codant l’isoforme R-PK.
• Délétion d’une paire de base en position 433 dans l’exon 5 chez le Basenji.
• Insertion de 6 paires de base dans l’exon 10 chez le West Highland White Terrier et le Cairn Terrier.
• Chez le Labrador retriever, une mutation non-sens (c.799C>T) a été identifiée dans ce gène.
• Deux mutations de faux sens sont identifiées chez le Beagle (c.994G>A) et le Carlin (c.848T>C).
• Cette affection est suspectée aussi chez le Spitz et le Chihuahua mais la mutation n’a pas été encore identifiée.

Possibilité d'un test ADN

Oui

Conseil aux éleveurs

Dépister les reproducteurs. Ecarter les homozygotes mutés de la reproduction. Marier les hétérozygotes uniquement avec des homozygotes sains.