Diabète sucré

Diabetes mellitus

aussi appelée Diabète primaire.

Maladie endocrinienne caractérisée par un état d’hyperglycémie chronique dû à un déficit en insuline. Il existe plusieurs causes de diabète sucré : - Les diabètes « primaires », rare : juvénile ou de type 1, affection rare du jeune qui est due à une destruction des cellules béta des ilots de Langerhans et celui de l’adulte qui a une origine multifactorielle (facteurs immuns, environnementaux, génétiques…). - Les diabètes « secondaires », beaucoup plus fréquents caractérisés par une insulinorésistance et pouvant être lié à de très nombreuses conditions (une maladie endocrinienne (obésité, hypercorticisme, acromégalie de diestrus) ou bien des pancréatites, des médicaments (progestagènes, glucocorticoïdes…), un toxique (éthylène glycol…). 

#SYSTÈME ENDOCRINIEN

Races prédisposées

Découvrez chaque race en détails sur le portail SCC

Suspicion

• Polyuro-polydipsie d’apparition progressive associée à une polyphagie et un amaigrissement chez un chien adulte.
• Une cataracte bilatérale d’apparition brutale chez un chien doit faire penser à un diabète sucré.
• Retard de croissance et mauvaise état général chez un jeune chien (moins d’un an) de race prédisposée.

Fréquence

• Fréquent pour la forme adulte.
• Plutôt rare pour la forme juvénile.

Signes cliniques

• Formes juvéniles très rares (chien moins d’un an) : Retard de croissance et mauvais état général.
• Forme adulte (entre 7 et 12 ans) : phase asymptomatique relativement longue.
• Polyuro-polydipsie.
• Polyphagie.
• Statut pondéral variable : maigreur ou obésité.
• Cataracte bilatérale se traduisant par une leucocorie et une cécité
• Complications : tendance aux infections (cystites, pyodermites, prostatites, bronchopneumonies), insuffisance rénale, retard à la cicatrisation des plaies, cataracte bilatérale…

Méthodes de diagnostics

• Anamnèse et examen clinique.
• Analyse urinaire au moyen de bandelette (glycosurie) associée à une mesure de la glycémie.
• Une mesure isolée de la glycémie est à interpréter avec prudence (lié au stress, consommation par les cellules sanguines dans le tube de prélèvement…).
• Mesure des Fructosamines.
• Recherche des complications et des maladies associées : Numération Formule Sanguine, paramètres biochimiques.

Diagnostic différentiel

• Syndrome de Cushing.
• Atteinte du bas appareil urinaire : infection, urolithiase, néoplasie.
• Iatrogène : corticoïdes, diurétiques, anticonvulsivant.
• Pancréatite.
• Hyperthyroïdie.
• Hyperprogestéronémie chez la chienne.
• Affections cutanées d’origine infectieuse.
• Insuffisance cardiaque congestive.
• Insuffisance rénale.
• Insuffisance hépatique.
• Pyélonéphrite.

Pronostics

Dépend de l’implication du propriétaire de l’animal, de l’efficacité du traitement et de la présence ou non de maladie intercurrente.

Traitements

• Le traitement du diabète sucré repose sur la mise en place d’une insulinothérapie avec un suivi régulier de la glycémie chez le vétérinaire.
• Un changement de régime alimentaire est conseillé : alimentation riche en fibre afin de prévenir l’obésité et l’augmentation post prandial du glucose.

Transmission

Prédisposition raciale

Mode de transmission

• Une composante génétique pour le diabète est recherchée chez le chien étant présente chez l’homme (trentaine de gènes dont ceux du CMH).
• Des études ont permis de faire la distinction entre les races faiblement prédisposées et celles hautement prédisposées pour la forme adulte du diabète sucré. Ces études ont mis en évidence trois haplotypes qui seraient significativement plus présents chez les races hautement prédisposées, dont un présentant une très forte association avec le diabète sucré dans la population canine du Royaume Uni. Il existe aussi un haplotype dit « protecteur » qui est présent chez les races faiblement prédisposées.
• Une influence génétique est établie chez le Spitz loup pour le diabète sucré juvénile, la transmission se fait selon un mode autosomique récessif.
• Une forme familiale a également été objectivée chez le Golden retriever pour le diabète sucré juvénile.
• Les femelles semblent plus prédisposées que les mâles.

Le gène muté et sa mutation
Possibilité d'un test ADN

Non