Entéropathie sensible au gluten

Gluten-sensitive enteropathy, GSE.

aussi appelée Allergie alimentaire au gluten, intolérance alimentaire au gluten.

Sensibilité ou intolérance alimentaire au gluten, fraction protéique du blé, provoquant des troubles digestifs localisés à l’intestin grêle. 

#SYSTÈME DIGESTIF

Races prédisposées

Découvrez chaque race en détails sur le portail SCC

  • A-E
  • F-J
  • K-O
  • P-T
  • U-Z

Suspicion

Signes cliniques apparaissant dans les mois suivant le sevrage (entre 4 et 7 mois) chez un Setter Irlandais dont l’alimentation contient du gluten. L’affection peut cependant rester asymptomatique chez certains sujets.

Fréquence

Rare.

Signes cliniques

• Diarrhée chronique de l’intestin grêle.
• Perte de poids ou incapacité à prendre du poids.
• Retard statural.
• Dysorexie.
• Vomissements occasionnels.
• Signes de panhypoprotéinémie d’apparition plus tardive : oedèmes périphériques et ascite.

Méthodes de diagnostics

1. Épidémiologie et clinique.
2. Dosage des folates, généralement diminués.
3. Histologie sur biopsie de jéjunum, obtenue par laparoscopie, laparotomie ou endoscopie : atrophie partielle des villosités, infiltration lymphocytaire au niveau de l’épithélium et de la lamina propria et hyperplasie des cellules caliciformes.
4. Diagnostic thérapeutique : régression des signes cliniques 4 à 6 semaines après introduction d’un régime alimentaire dépourvu de gluten.

Diagnostic différentiel

• MICI (lymphoplasmocytaire, éosinophilique, granulomateuse).
• Lymphangiectasie secondaire.
• Gastroentérite d’origine infectieuse : parasitaire, bactérienne ou fongique.
• Autre intolérance ou allergie alimentaire.
• Intussusception chronique.
• Corps étranger.
• Dysbiose intestinale.
• Insuffisance pancréatique exocrine.
• Diarrhée répondant aux antibiotiques.
• Néoplasie (notamment le lymphome gastro-intestinal).

Pronostics

Bon si un régime écartant toute source de gluten est respecté.

Traitements

L’administration orale de folates est indiquée lors de concentration sérique inférieure à 4 µg/L.

Transmission

• Transmission héréditaire démontrée chez le Setter Irlandais.
• Maladie suspectée chez le Soft-coated Wheaten Terrier présentant une entéropathie exsudative et une néphropathie avec perte de protéines.

Mode de transmission

Mode autosomique récessif démontrée chez le Setter Irlandais.

Le gène muté et sa mutation

Le locus et la mutation ne sont pas encore déterminés. L’implication d’un locus unique est suspectée.

Possibilité d'un test ADN

Non.

Conseil aux éleveurs

• Chez le Setter Irlandais : écarter les animaux atteints de la reproduction, considérer leurs parents comme porteurs sains et les membres de leur portée comme potentiellement porteurs d’une mutation.