Fibrillation atriale idiopathique

Atrial fibrillation

aussi appelée Fibrillation atriale « isolée ou lente »

Il s’agit d’un trouble de l’excitabilité du cœur sans cardiopathie associée 

#SYSTÈME CARDIO-VASCULAIRE

Races prédisposées

Découvrez chaque race en détails sur le portail SCC

Suspicion

Signes cliniques chez un chien de race prédisposée.

Fréquence

Rare

Signes cliniques

• Longtemps asymptomatique.
• Possible évolution vers une insuffisance cardiaque.

Méthodes de diagnostics

1. Électrocardiogramme : Fibrillation atriale classique mais avec des fréquences lentes le plus souvent.
2. Échocardiographie indispensable pour distinguer une fibrillation atriale idiopathique d’une cardiomyopathie dilatée (fibrillation atriale secondaire).

Diagnostic différentiel

• Tachycardie paroxystique supraventriculaire.
• Cardiomyopathie dilatée

Pronostics

Favorable. La survie est de 6-8 ans après le diagnostic de l’affection.

Traitements

• Le traitement ne semble pas indispensable en cas de fibrillation atriale lente ou en l’absence de toute dilatation.
• Si la fréquence est supérieure à 150 battements par minute, c’est l’association digoxine et diltiazem qui régule le mieux la fréquence cardiaque.

Transmission

Transmission héréditaire suspectée

Mode de transmission

• Les races grandes à géantes semblent être prédisposées.
• Le Lévrier irlandais est de loin la race la plus étudiée. Un support génétique induisant un remaniement fibro-adipeux de l’atrium droit est probable chez cette race.
• Cette affection touche les mêmes races que la cardiomyopathie dilatée.

Le gène muté et sa mutation
Possibilité d'un test ADN

Non

Conseil aux éleveurs

Mise en place d’un dépistage échocardiographique chez le Lévrier irlandais afin d’éviter la reproduction des chiens atteints.