Hyperuricosurie et urolithiase à urate d’ammonium.

Ammonium urate urolithiasis, hyperuricosuria.

aussi appelée Calculs d’urate d’ammonium.

• Présence dans les voies urinaires hautes ou basses de calculs composés d’urate et d’ammonium. L’hyperuricosurie, conséquence d’un trouble du métabolisme de l’acide urique, prédispose à la formation de ces calculs, notamment en pH acide et lorsque l’urine est fortement concentrée. • La présence d’un shunt porto-systémique prédispose également au développement de calculs d’urate d’ammonium, en raison du défaut de métabolisme hépatique de l’acide urique et de l’ammonium. 

#SYSTÈME URINAIRE

Suspicion

Signes cliniques observés chez un chien de race prédisposée, dont l’âge moyen est estimé à :
• 3,5 ans pour les animaux ne présentant pas de shunt porto-systémique associé.
• Moins d’un an pour les animaux présentant un shunt porto-systémique.

Fréquence

L’hyperuricosurie est systématique chez le Dalmatien. La fréquence de la mutation est estimée à plus de 50% chez le Terrier Noir Russe et à 35% chez le Bouledogue Anglais et le Braque de Weimar. Les calculs d’urate d’ammonium constituent 5 à 8% des calculs chez le chien, soit le troisième type en terme de fréquence.

Signes cliniques

• Signes cliniques fonction de la localisation, la taille et le nombre de calculs présents dans les voies urinaires.
• Pollakiurie.
• Strangurie.
• Dysurie.
• Hématurie.
• En cas d’obstruction urétrale : globe vésical, douleur abdominale, signes d’azotémie post-rénale (vomissements, anorexie, dépression).
• Affection pouvant également être asymptomatique.
• Signes d’encéphalopathie hépatique possible en cas de shunt porto-systémique associé.

Méthodes de diagnostics

1. Epidémiologie et clinique.
2. Radiographies abdominales sans produit de contraste : calculs d’urate d’ammonium parfois visibles, éventuelle micro-hépatie en cas de shunt porto-systémique associé.
3. Radiographies abdominales avec produit de contraste (urographie intraveineuse, cystographie double contraste, pyélographie antérograde) : détection des calculs présents dans les voies urinaires hautes ou basses. Meilleure sensibilité que la radiographie sans produit de contraste.
4. Analyse urinaire : cristaux d’urate d’ammonium sphériques avec des projections irrégulières, de couleur jaune à brune.
5. Échographie urinaire : images non spécifiques de calculs dans les voies urinaires hautes ou basses. Éventuelle mise en évidence d’un shunt porto-systémique associé.
6. Analyse quantitative des calculs évacués spontanément ou chirurgicalement.

Diagnostic différentiel

• Autre urolithiase.
• Cystite.
• Urétrite.
• Prostatite.
• Abcès prostatique.
• Hyperplasie bénigne de la prostate.
• Dyssynergie vésico-sphinctérienne.
• Pyélonéphrite.
• Néoplasie.
• Insuffisance rénale aiguë ou chronique.

Pronostics

• Bon lors de mise en place d’un traitement médical et diététique.
• Chez le Dalmatien, le traitement médical permettrait une dissolution complète des calculs d’urate d’ammonium dans 40% des cas et une dissolution partielle dans 30% des cas.

Traitements

• La dissolution des calculs d’urate d’ammonium doit toujours être tentée en première intention, à l’exception des cas d’obstruction urinaire, d’urétrolithes ou de shunt porto-systémique. En l’absence de réponse au traitement médical et diététique, l’élimination des calculs doit être réalisée chirurgicalement (cystotomie) ou, dans l’idéal, par des techniques moins invasives telles que l’urohydropropulsion rétrograde.
• Le traitement médical visant à dissoudre les calculs d’urate d’ammonium consiste à administrer de l’allopurinol à la dose de 15 mg/kg per os toutes les 12 heures. Ce traitement n’a pas d’effet chez les animaux présentant un shunt porto-systémique. La dissolution de ces calculs est également favorisée par l’administration d’un aliment pauvre en purine, riche en eau et alcalinisant les urines. Les calculs sont généralement dissous en 4 semaines.
• La prévention des récidives passe par l’administration de l’aliment précédent en entretien.

Transmission

Transmission héréditaire démontrée.

Mode de transmission

• Transmission autosomique récessive démontrée chez le Dalmatien, le Bulldog, le Bouledogue Français, le Bouledogue Américain, l’American Pit Bull Terrier, le Staffordshire Terrier Américain, le Berger Australien, le Coton de Tuléar, le Chien Finnois de Laponie, le Boerbull, le Berger Allemand, le Schnauzer Géant, le Terrier Jack Russel, le Retriever du Labrador, le Mastiff, le Grand Epagneul de Munster, le Spitz, le Berger Américain Miniature, le Braque de Weimar, le Yorkshire Terrier, le Chien d’Eau Espagnol, le Braque Allemand à poil court, le Collie, le Grand Bouvier Suisse, l’Epagneul de Pont-Audemer, le Chen d’Eau Romagnol, le Braque Hongrois à poil dur et le Braque Hongrois à poil court.
• Chez le Dalmatien, tous les individus sont homozygotes pour la mutation.
• Prédisposition sexuelle des mâles chez les animaux ne présentant pas de shunt porto-systémique associé.

Le gène muté et sa mutation

• Locus : gène SLC2A9 (Solute Carrier Family 2 Member 9) porté par le chromosome 3.
• Mutation : c.616G>T.

Possibilité d'un test ADN

Oui.

Conseil aux éleveurs

Chez les races prédisposées : écarter les animaux atteints de la reproduction, dépister par test ADN les reproducteurs et proscrire les accouplements entre hétérozygotes (porteurs sains).