Intussusception gastro-oesophagienne

Gastrooesophageal intussusception.

Invagination rétrograde du cardia et du corps de l’estomac dans la partie distale de l’œsophage. La présence d’affections concomitantes telles qu’un mégaœsophage ou une incompétence du sphincter gastro-œsophagien prédisposeraient à l’intussusception gastro-œsophagienne. Cette affection nécessite généralement une prise en charge en urgence. 

#SYSTÈME DIGESTIF

Races prédisposées

Découvrez chaque race en détails sur le portail SCC

  • A-E
  • F-J
  • K-O
  • P-T
  • U-Z

Suspicion

Signes cliniques observés chez un Berger Allemand, en général avant 3 mois.

Fréquence

Rare.

Signes cliniques

• Vomissements.
• Régurgitations.
• Léthargie.
• Dysphagie.
• Ptyalisme.
• Douleur abdominale.
• Signes respiratoires en cas de compression des structures thoraciques ou de pneumonie par fausse déglutition : dyspnée, toux.
• État de choc endotoxinique ou hypovolémique possible.

Méthodes de diagnostics

1. Épidémiologie et clinique.
2. Radiographies thoraciques sans produit de contraste : visualisation possible d’une masse tissulaire dans la lumière œsophagienne, à proximité du hiatus œsophagien du diaphragme. Déviation ventrale du cœur et de la trachée possible. Éventuels signes de pneumonie par fausse déglutition (opacification pulmonaire alvéolaire).
3. Radiographies thoraciques avec produit de contraste (ex : sulfate de baryum) : examen plus sensible que la radiographie sans préparation. Dilatation des parties proximale et moyenne de l’œsophage, avec remplissage uniforme de ces parties par le produit de contraste. Œsophage distal éventuellement dépourvu de produit de contraste, en fonction de la position de l’estomac et de la capacité du produit à traverser le sphincter gastro-œsophagien.
4. Vidéofluoroscopie : examen dynamique.
5. Endoscopie digestive haute : visualisation directe de l’intussusception.

Diagnostic différentiel

• Hernie hiatale.
• Mégaœsophage congénital.
• Œsophagite, reflux gastro-oesophagien.
• Corps étranger œsophagien.
• Sténose œsophagienne.
• Spirocercose.
• Persistance du 4ème arc aortique droit.
• Syndrome dilatation-torsion de l’estomac.

Pronostics

• Variable selon le délai de prise en charge chirurgicale.
• Réservé, notamment à long terme, malgré l’intervention chirurgicale.
• Le taux de survie, estimé auparavant à 5%, semble avoir augmenté récemment.

Traitements

• Le traitement en urgence vise à corriger la déshydratation et les troubles électrolytiques par la mise en place d’une fluidothérapie adaptée, en l’attente d’une intervention chirurgicale.
• Le traitement chirurgical consiste généralement à réaliser une gastropexie bilatérale. Cette technique a pour but de réduire l’intussusception et de prévenir le risque de récidives.
• L’intussusception peut également être réduite par endoscopie. Cependant, les risques de récidives sont plus importants et une gastropexie sera tout de même conseillée aux propriétaires.
• Un traitement médical sera souvent nécessaire à la suite de l’intervention, comprenant généralement des anti-acides (inhibiteurs de la pompe à protons) pour traiter ou prévenir une oesophagite, un gastrokinétique (métoclopramide) pour prévenir les risques de reflux gastro-œsophagien et un protecteur de la muqueuse digestive (sucralfate). Un traitement antibiotique pourra éventuellement être prescrit, en cas de pneumonie par fausse déglutition.

Transmission

• Prédisposition raciale chez le Berger Allemand.
• Prédisposition sexuelle des mâles.

Mode de transmission
Le gène muté et sa mutation
Possibilité d'un test ADN

Non.