Lupus érythémateux systémique

Familial systemic lupus erythematosus

aussi appelée Lupus érythémateux disséminé

Maladie caractérisée par la production d’auto-anticorps le plus souvent dirigés contre des antigènes nucléaires. Les auto-anticorps peuvent toucher différents organes internes (lupus systémique) ou uniquement la peau (lupus cutané). Le lupus érythémateux cutané peut être ou non associé à un lupus érythémateux systémique. La forme aigue du lupus érythémateux cutané est systématiquement associée à un lupus érythémateux systémique.

à savoir
Il s’agit d’une affection caractérisée par la production d’auto-anticorps le plus souvent dirigés contre des antigènes nucléaires. Les auto-anticorps peuvent toucher différents organes internes (lupus systémique) ou uniquement la peau (lupus cutané). Le lupus érythémateux cutané peut être ou non associé à un lupus érythémateux systémique. La forme aigue du lupus érythémateux cutané est systématiquement associée à un lupus érythémateux systémique. Elle est à l’origine de lésions dermatologiques ( ulcères, érosions, squames, alopécie sur la face et les extrémités distales) associées à une lymphadénomégalie et à une hyperthermie fluctuante. Le pronostic est réservé en fonction de la réponse au traitement médical (immunosuppresseurs, shampoings thérapeutiques, antibiotiques, antifongiques, anti-inflammatoires).

Races prédisposées

Découvrez chaque race en détails sur le portail SCC

Suspicion

Lésions cutanées de type ulcères, érosions, squames, alopécie localisées sur la face et les extrémités distales associées à une lymphadénomégalie et à une hyperthermie fluctuante chez un chien jeune adulte de race prédisposée.

Fréquence

Faible.

Signes cliniques

• Signes généraux :
– Lymphadénomégalie périphérique.
– Fièvre fluctuante.
– Insuffisance rénale.
– Trouble de la coagulation.
– Pleurésie.
– Pneumopathie inflammatoire.
– Péricardite.
– Myocardite.
– Neuropathie centrale ou périphérique.
– Lymphœdème.
• Signes ostéo-articulaires : polyarthrite et polymyosite
– Boiterie migratoire.
– Gonflement périarticulaire.
– Epanchement synovial bilatéral et symétrique.
– Localisations préférentielles : articulations du carpe, du grasset, du tarse, des phalanges, de la hanche et du coude.
• Signes cutanés :
– Érosions et ulcères cutanéomuqueux et muqueux.
– Lésions cutanées : ulcères, érosions, squames, érythème, alopécie, croûtes.
– Localisations préférentielles : face, oreilles, extrémités distales.

Méthodes de diagnostics

1. Clinique et anamnèse, exclusion des autres hypothèses.

2. Histopathologie sur biopsie cutanée.

3. Immunofluorescence ou immunohistochimie sur des échantillons de biopsie cutanée.

Diagnostic différentiel

• Réactions médicamenteuses.

• Infections rickettsiennes.

• Infections virales, bactériennes ou fongiques.

• Néoplasie.

• Autres maladies auto-immunes et à médiations immunes.

Pronostics

Réservé, fonction de la réponse à la corticothérapie.

Traitements

Traitement médical : immunosuppresseurs, shampoings thérapeutiques, antibiotiques, antifongiques, anti-inflammatoires.

Transmission

Prédisposition raciale seule démontrée.

Les mâles seraient plus touchés.

Mode de transmission

Suspicion de transmission génétique (étude en cours menée chez le Berger Allemand).

Le gène muté et sa mutation

Identification de 5 loci entrant en jeu dans l’augmentation de la probabilité de développer un lupus érythémateux systémique chez le Retriever de la Nouvelle Ecosse.

Possibilité d'un test ADN

Non

Conseil aux éleveurs

Exclure les animaux atteints de la reproduction.

Les lésions cutanées peuvent être photosensibles.