Ostéochondrose/ostéochondrite/ostéochondrite disséquante

Osteochondrosis / Osteochondritis / Osteochondritis dissecans

aussi appelée Dysplasie de l’épaule

L’ostéochondrose est une affection de l’os ou de la plaque de croissance caractérisée par un défaut d’ossification endochondrale du cartilage articulaire chez le jeune, correspondant à une augmentation localisée de l’épaisseur du cartilage. Ce cartilage peut alors se fissurer, on parle d’ostéochondrite ou se détacher et former une souris articulaire, ce qui constitue le stade d’ostéochondrite disséquante. L’épaule est le site le plus fréquemment atteint, sous le nom de dysplasie de l’épaule, puis vient le coude (partie médiale du condyle huméral), le grasset, le tarse et les vertèbres.

à savoir
L’ostéochondrose est une affection de l’os ou de la plaque de croissance caractérisée par un défaut d’ossification endochondrale du cartilage articulaire chez le jeune, correspondant à une augmentation localisée de l’épaisseur du cartilage. Ce cartilage peut alors se fissurer, on parle d’ostéochondrite ou se détacher et former une souris articulaire, ce qui constitue le stade d’ostéochondrite disséquante. L’épaule est le site le plus fréquemment atteint, sous le nom de dysplasie de l’épaule, puis vient le coude (partie médiale du condyle huméral), le grasset, le tarse et les vertèbres. Elle entraîne une boiterie douloureuse du membre antérieur. Le pronostic est favorable pour l’ostéochondrite disséquante de l’épaule et plus réservé pour celle du grasset et de l’humérus. La prophylaxie consiste à éviter toute suralimentation et tout excès d’apport calcique chez les jeunes animaux à fort potentiel de croissance. Le traitement est chirurgical et consiste en une exérèse du volet cartilagineux par arthroscopie et un curetage de l’os sous-chondral et des marges de la lésion, parfois associés à une greffe ostéo-chondrale pour combler le défect.

Races prédisposées

Découvrez chaque race en détails sur le portail SCC

Suspicion

Boiterie sans commémoratif de traumatisme chez un chien de grande race en croissance.

Fréquence

Elevée.

Signes cliniques

• Apparition des signes cliniques entre 4 et 10 mois d’âge, lors du stade d’ostéochondrite ou d’ostéochondrite disséquante.
• Boiterie du membre antérieur au début modérée puis permanente avec suppression d’appui et aggravée à l’effort et après le repos.
• Douleur à la mobilisation et à la palpation de l’articulation.
• Distension des culs-de-sac synoviaux.
• Ankylose et crépitements lors d’arthrose.
• Amyotrophie.
• Association à d’autres troubles de croissance (dysplasie coxo-fémorale, panostéite,…).
• Arthrose.

Méthodes de diagnostics

1. Clinique.

2. Radiographie : défaut de minéralisation, irrégularité de contour, concavité radiotransparente correspondant à un défaut de production d’os sous-chondral, ostéocondensation autour de la lésion, souris articulaire visible quand elle est calcifiée.

3. Arthrographie (état du cartilage articulaire, éventuel décollement du volet cartilagineux, différencie l’ostéochondrose de l’OCD).

4. Arthroscopie (visualiser la souris articulaire et traiter la lésion sous-chondrale en même temps).

5. Imagerie en coupe par résonnance magnétique.

6. Scanner.

Diagnostic différentiel

• Panostéite.

• Traumatisme (fracture, entorse, luxation).

• Fragmentation du processus coronoïde médial si localisée au coude.

• Incongruence articulaire si localisée au coude.

• Désunion du processus anconé si localisée au coude.

Pronostics

Fonction de la zone atteinte, de son étendue et de l’âge de l’animal ainsi que du traitement entrepris.
Favorable pour l’ostéochondrite disséquante de l’épaule, plus réservé pour celle du grasset et de l’humérus.

Traitements

Prophylaxie : éviter toute suralimentation et tout excès d’apport calcique chez les jeunes animaux à fort potentiel de croissance.

Traitement médical : anti-inflammatoires et repos en attente de la chirurgie

Traitement chirurgical : exérèse du volet cartilagineux par arthroscopie associée à un curetage de l’os sous-chondral et des marges de la lésion, greffe ostéo-chondrale possible pour combler le défect.

Transmission

Prédisposition des chiens de grandes races (poids adulte > 20kg).

Prédisposition sexuelle : mâles deux fois plus touchés que les femelles.

Autres facteurs prédisposants : l’âge (jeunes), l’articulation (celles soumises à de fortes pressions, comme l’épaule), l’alimentation (surcharges alimentaires, vitaminiques, minérales et hormonales) et un traumatisme mécanique de la surface articulaire.

Mode de transmission

Mode de transmission polygénique suspecté.

Le gène muté et sa mutation
Possibilité d'un test ADN

Non

Conseil aux éleveurs

Dépistage systématique avant l’âge d’un an pour les races prédisposées.