Paralysie laryngée

Laryngeal paralysis

Neuropathie motrice résultant de l’atteinte du nerf laryngé récurrent. Cette atteinte peut être unilatérale ou bilatérale. On distingue 3 formes de paralysie laryngée : • Une forme héréditaire. • Une forme acquise idiopathique, c’est-à-dire dont l’origine ne peut être déterminée. • Une forme acquise à la suite d’une autre affection (néoplasie, traumatisme en région cervicale ou thoracique…) et ne donnant pas lieu à une prédisposition quelconque. 

#SYSTÈME NERVEUX

Races prédisposées

Découvrez chaque race en détails sur le portail SCC

Suspicion

• Forme héréditaire : signes cliniques chez un chiot Bouvier des Flandres ou de race prédisposée. L’apparition des signes cliniques se fait généralement entre 4 et 6 mois mais a également été décrite chez des chiens dont l’âge peut aller jusqu’à 7 ans.
• Forme acquise idiopathique : signes cliniques chez un chien âgé de grande race ou de race géante.

Fréquence

Rare pour la forme héréditaire. Assez fréquente pour la forme acquise idiopathique.

Signes cliniques

• Dyspnée et stridor inspiratoires.
• Dysphonie.
• Toux post-prandiale.
• Intolérance à l’effort.
• Cyanose.
• Collapsus.
• Régurgitations en cas de mégaoesophage associée.

Méthodes de diagnostics

1. Épidémiologie et clinique.
2. Exclusion des causes de paralysie laryngée secondaire.
3. Laryngoscopie.
4. Électrophysiologie : potentiels de fibrillation, ondes positives pointues et décharges pseudomyotoniques au sein des muscles laryngés intrinsèques.
5. Histologie sur biopsie musculaire : atrophie neurogène des fibres de type I et II du muscle cricoaryténoïde dorsal. Certaines fibres peuvent également être hypertrophiées.
6. Histologie sur biopsie nerveuse (nerfs laryngés récurrents) : fragmentation axonale, fibrose endoneurale, prolifération des cellules de Schwann, dégénérescence Wallérienne.

Diagnostic différentiel

• Traumatisme : corps étranger, intubation.
• Laryngite avec œdème laryngé.
• Néoplasie.
• Dysendocrinie : hypothyroïdie, hypocorticisme.
• Myopathie/Myosite des muscles laryngés.
• Troubles électrolytiques.
• Myasthenia gravis.
• Maladie à médiation immune.

Pronostics

Réservé.

Traitements

Une intervention chirurgicale de « latéralisation du cartilage aryténoïde » est possible. Cependant, les complications post-opératoires sont assez fréquentes et le risque de récidive est non négligeable, notamment chez les chiens atteints de paralysie bilatérale du larynx.

Transmission

• Forme héréditaire :
o Transmission héréditaire démontrée chez le Bouvier des Flandres.
o Transmission héréditaire suspectée chez le Husky de Sibérie, le Bull Terrier, le Berger Allemand et le Berger Blanc Suisse.
• Forme acquise idiopathique : prédisposition raciale chez les chiens de grande race ou de race géante.

Mode de transmission

Mode autosomique récessif chez le Bouvier des Flandres.

Le gène muté et sa mutation

Locus et mutation indéterminés.

Possibilité d'un test ADN

Non.

Conseil aux éleveurs

Forme héréditaire : écarter les animaux atteints et leurs apparentés directs de la reproduction.