Polyneuropathie du Rottweiler

Distal sensorimotor polyneuropathy in Rottweiler dogs

aussi appelée Polyneuropathie sensori-motrice distale du Rottweiler

Polyneuropathie sensori-motrice caractérisée par une dégénérescence et une démyélinisation des fibres nerveuses motrices et sensitives au sein du système nerveux périphérique, notamment en région distale des membres. Cette maladie est uniquement décrite chez le Rottweiler, bien que d’autres races présentent une affection similaire. 

#SYSTÈME NERVEUX

Races prédisposées

Découvrez chaque race en détails sur le portail SCC

  • A-E
  • F-J
  • K-O
  • P-T
  • U-Z

Suspicion

Signes cliniques observés chez un jeune adulte de race Rottweiler dont l’âge est compris entre 1,5 et 4 ans.

Fréquence

Rare.

Signes cliniques

• Paraparésie évoluant vers la tétraparésie.
• Diminution des réflexes médullaires.
• Ataxie.
• Amyotrophie marquée en région distale des membres.
• Plantigradie.
• Hypotonie musculaire.

Méthodes de diagnostics

1. Épidémiologie et clinique.
2. Électrophysiologie : potentiels de fibrillations et ondes positives pointues au sein des muscles situés distalement au coude et au genou. Activité électrique spontanée minime dans les muscles paraspinaux et appendiculaires proximaux. Diminution inconstante des vitesses de conduction motrice et sensitive.
3. Histologie sur biopsie nerveuse : dégénérescence des fibres myélinisées de grand diamètre et gaine de myéline amincie sur les autres fibres, nécrose axonale, infiltration macrophagique inconstante. Possibles signes de remyélinisation. Ces lésions sont plus marquées en région distale des axones.
4. Histologie sur biopsie musculaire : atrophie musculaire neurogène affectant initialement les fibres de type II. Irrégularité de taille des fibres musculaires, certaines étant atrophiées, d’autres hypertrophiées.

Diagnostic différentiel

• Dysendocrinie : diabète sucré, insulinome, hypothyroïdie.
• Polyneuropathie paranéoplasique.
• Intoxication (organophosphorés et carbamates, métaux lourds).
• Botulisme.
• Polyradiculonévrite.
• Myasthenia gravis.
• Paralysie à tiques.
• Maladie de surcharge lysosomale.
• Traumatisme.
• Leucoencéphalomyélopathie.

Pronostics

• Réservé.
• La maladie évolue progressivement, jusqu’à 1 an ou plus chez certains chiens. Une forme plus aiguë est également possible.
• Un traitement immunosuppresseur à base de glucocorticoïdes peut permettre une amélioration transitoire de la maladie, suggérant un déterminisme immunopathologique.

Traitements

Absence de traitement spécifique.

Transmission

Transmission héréditaire suspectée.

Mode de transmission

Mode autosomique récessif suspecté.

Le gène muté et sa mutation
Possibilité d'un test ADN

Non.

Conseil aux éleveurs

Chez le Rottweiler : écarter les animaux atteints de la reproduction, considérer leurs parents comme porteurs sains et les membres de leur portée comme potentiellement porteurs d’une mutation.