Syndrome de diarrhée hémorragique aiguë

Acute hemorrhagic gastroenteritis, acute hemorrhagic diarrhea syndrome.

aussi appelée Gastroentérite hémorragique aiguë.

• Diarrhée hémorragique aiguë évoluant rapidement vers un état de choc hypovolémique par pertes hydro-éléctrolytiques massives dans la lumière intestinale. • La pathogénie de la maladie est encore inconnue. L’implication d’entérotoxines de Clostridium perfringens de type A est suspectée. 

#SYSTÈME DIGESTIF

Races prédisposées

Découvrez chaque race en détails sur le portail SCC

Suspicion

Signes cliniques chez un chien adulte de race naine ou de petite race. La moyenne d’âge de développement de la maladie est décrite à 5 ans.

Fréquence

Assez fréquent.

Signes cliniques

• Vomissements aigus et hématémèse sont les premiers signes observés.
• Diarrhée aiguë liquidienne et malodorante, avec hématochézie profuse, apparaissant plusieurs heures après les vomissements.
• Anorexie.
• Léthargie.
• Déshydratation marquée.
• Douleur abdominale.
• Palpation d’anses intestinales dilatées par un contenu liquidien.
• Signes d’état de choc hypovolémique : pouls filant, pâleur des muqueuses, augmentation du temps de recoloration capillaire, hypothermie, tachycardie.

Méthodes de diagnostics

1. Épidémiologie et clinique.
2. Numération-formule sanguine : hémoconcentration et leucogramme de stress fréquents. Absence de leucopénie, contrairement aux cas de parvovirose.
3. Diagnostic d’exclusion des autres causes d’hémorragies digestives aiguës et d’état de choc hypovolémique.

Diagnostic différentiel

• Parvovirose ou autres entérites virales graves.
• Gastroentérite bactérienne.
• Ulcères gastro-intestinaux aigus.
• Corps étranger.
• Intussusception.
• Coagulopathie.
• Crise Addisonienne.
• Intoxication aux anti-vitamine K.
• Pancréatite aiguë.

Pronostics

• Réservé en l’absence de traitement.
• Amélioration rapide durant les premières 48 heures d’hospitalisation, lors de mise en place d’un traitement symptomatique.
• Moins de 10% des chiens traités meurent de cette affection. Cependant, il existe un risque de récurrence de la maladie.

Traitements

• Une hospitalisation de quelques jours est souvent indispensable, afin de rapidement mettre en place une fluidothérapie agressive. Le choix du soluté devra être fonction des déséquilibres électrolytiques associés à la déshydratation marquée. Une transfusion peut être indiquée.
• Un traitement à base d’anti-acides et d’anti-vomitifs est également recommandé.
• La mise en place d’un traitement antibiotique n’est pas toujours nécessaire, à l’exception des cas pour lesquels une septicémie est suspectée (risque important du fait de saignements digestifs et d’une possible infection à clostridies).

Transmission

• Prédisposition raciale des races naines et des petites races.
• Ces races seraient prédisposées en raison de leur tendance au stress et à l’hyperactivité, ce qui aurait des répercussions sur la motilité et la perméabilité digestives.

Mode de transmission
Le gène muté et sa mutation
Possibilité d'un test ADN

Non.