Urolithiase à oxalate de calcium.

Calcium oxalate urolithiasis.

aussi appelée Calculs d’oxalate de calcium.

• Présence dans les voies urinaires hautes ou basses de calculs composés d’oxalate de calcium. • Les facteurs de risque prédisposant à la formation d’urolithes d’oxalate de calcium sont notamment l’hypercalciurie, l’hypercalcémie, l’hyperoxalurie, l’hypocitraturie et l’acidurie. 

#SYSTÈME URINAIRE

Races prédisposées

Découvrez chaque race en détails sur le portail SCC

Suspicion

Signes cliniques observés chez un chien de race prédisposée, d’âge adulte ou mature.

Fréquence

Fréquent. Les urolithiases à oxalate de calcium représentent 42% des urolithiases basses et 45% des urolithiases hautes chez le chien.

Signes cliniques

• Signes cliniques fonction de la localisation, la taille et le nombre de calculs présents dans les voies urinaires.
• Pollakiurie.
• Strangurie.
• Dysurie.
• Hématurie.
• En cas d’obstruction urétrale : globe vésical, douleur abdominale, signes d’azotémie post-rénale (vomissements, anorexie, dépression).
• Affection pouvant également être asymptomatique.

Méthodes de diagnostics

1. Epidémiologie et clinique.
2. Radiographies abdominales sans produit de contraste : calculs d’oxalate de calcium de plus de 2 mm de diamètre généralement visibles à la radiographie.
3. Radiographies abdominales avec produit de contraste (urographie intraveineuse, cystographie double contraste, pyélographie antérograde) : détection des calculs présents dans les voies urinaires hautes ou basses. Meilleure sensibilité que la radiographie sans produit de contraste.
4. Analyse urinaire : forme bipyramidale à base carrée, semblable à une « enveloppe », des cristaux d’oxalate de calcium dihydratés.
5. Échographie urinaire : images non spécifiques de calculs dans les voies urinaires hautes ou basses.
6. Analyse quantitative des calculs évacués spontanément ou chirurgicalement.

Diagnostic différentiel

• Autre urolithiase.
• Cystite.
• Urétrite.
• Prostatite.
• Abcès prostatique.
• Hyperplasie bénigne de la prostate.
• Dyssynergie vésico-sphinctérienne.
• Pyélonéphrite.
• Néoplasie.
• Insuffisance rénale aiguë ou chronique.

Pronostics

• Bon malgré un fort taux de récurrence des calculs d’oxalate de calcium.
• Environ 50% des chiens présenteraient de nouveau des calculs d’oxalate de calcium dans les 2 ans suivant leur dissolution.

Traitements

• La dissolution des calculs d’oxalate de calcium ne peut être obtenue à la suite d’un traitement médical ou diététique. L’élimination des calculs doit donc être réalisée chirurgicalement (cystotomie) ou, dans l’idéal, par des techniques moins invasives telles que l’urohydropropulsion rétrograde.
• Le traitement de prévention des calculs d’oxalate de calcium est essentiellement diététique. Il consiste à administrer aux chiens atteints un aliment riche en eau (humidité>75%) et pauvre en protéines. Il convient également d’éviter les aliments acidifiant les urines.
• La prévention des calculs d’oxalate de calcium passe aussi par la gestion de toute cause d’hypercalcémie secondaire.

Transmission

• Prédisposition des petites races.
• Prédisposition sexuelle des mâles qui auraient trois fois plus de risques de développer des calculs d’oxalate de calcium que les femelles.

Mode de transmission
Le gène muté et sa mutation
Possibilité d'un test ADN

Non.